Le but est de concurrencer la Corée du Sud, le Japon et la Chine.

La France et l'Allemagne se accordés sur la mise en place d'un consortium européen des batteries. L'idée de lancer un groupe européen de fabrication de batteries pour s'opposer aux fabricants asiatiques a été évoquée à plusieurs reprises ces dernières années, et de plus en plus à mesure que tous les constructeurs automobiles se tournent vers l'électrification. Et il semblerait que les choses n'attendent plus que l'approbation de la Commission européenne, une lettre d'intention lui ayant été envoyée.

Le consortium en question comprendrait le groupe français PSA (avec sa nouvelle filiale allemande Opel), ainsi que la société Saft de Total. Côté allemand, les rapports précédents suggéraient le groupe Siemens.

"La France et l'Allemagne ont demandé à la Commission européenne de donner son feu vert à l'octroi de subventions publiques pour un consortium transfrontalier de cellules de batterie impliquant le constructeur automobile PSA avec sa filiale allemande Opel et Saft de Total" selon le journal FAZ de ce lundi 29 novembre 2019.

Pour l'heure, aucun autre détail n'a été publié. Mais il faut bien être conscient que tout investissement dans le développement de produits et de capacités de production compétitifs dans ce domaine des batteries nécessiterait des milliards d'euros.

"La France et l'Allemagne ont affecté 1,7 milliard d'euros (1,90 milliard de dollars) au soutien de plusieurs alliances d'entreprises cherchant à produire des batteries pour voitures électriques, une étape visant à réduire la dépendance des constructeurs automobiles européens vis-à-vis des fournisseurs asiatiques".

Source: Reuters