Ayant participé aux premiers essais de Mercedes en Formule E, Stoffel Vandoorne espère que le meilleur reste à venir.

Stoffel Vandoorne a rejoint le championnat tout électrique cette saison avec la nouvelle équipe HWA Racelab, qui prépare l'arrivée du constructeur allemand pour la prochaine campagne.

Tandis que HWA utilise des moteurs clients Venturi, Mercedes a fait rouler une Gen2 équipée de son nouveau groupe propulseur de Formule E pour la première fois fin mars, avec 527 km parcourus lors d'un shakedown suivi de deux journées d'essais, à Varano. Vandoorne et Edoardo Mortara étaient au volant.

Lorsque nous lui demandons si ces essais étaient importants pour son avenir en Formule E, le Belge répond pour Motorsport.com : "Bien sûr, c'est très important et très précieux pour nous, car nous avons abordé cette année en prévoyant pour le long terme. Nous avions beaucoup de roulage à faire et avons beaucoup appris. Mais tout ce que nous apprenons, nous l'utiliserons l'an prochain."

"C'est toujours enthousiasmant de prendre la piste avec une nouvelle voiture. Quelque chose qui a été construit de zéro. Être le premier pilote à en prendre le volant, c'était sympa aussi. L'objectif principal de ces essais était de faire du kilométrage, et nous l'avons atteint. Nous avons parcouru beaucoup de tours, ce qui était impressionnant pour les premiers tours de roue d'un véhicule qui partait de zéro. La route est longue, il reste beaucoup de travail à faire, mais c'étaient des débuts positifs. Et le vrai développement commence là."

L'avenir de Vandoorne, qui vient de signer son premier podium en Formule E, demeure incertain : Mercedes n'a pas encore pris de décision quant à son line-up 2019-20, qui ne devrait d'ailleurs pas être établi avant l'été.

"Je suis un de leurs pilotes actuels, avec HWA", poursuit le Champion GP2 2015, qui aide également Mercedes sur le simulateur en Formule 1. "Gary [Paffett] et Edo [Mortara] aussi. On verra ce qui se passera l'an prochain. Bien sûr, ce serait sympa de faire partie de cette équipe. L'arrivée d'un constructeur, c'est quelque chose d'important ; on a vu le pouvoir qu'ils ont quand ils arrivent dans un championnat comme ça. Ils peuvent permettre à l'équipe de faire un grand pas en avant."

"De mon côté, j'essaie de faire le meilleur travail possible. De les guider dans la meilleure direction. Nous avions beaucoup à apprendre en début d'année, nous savons qu'il reste beaucoup de choses à venir, beaucoup d'autres problèmes à résoudre." Il semble notamment que les soucis liés aux arbres de transmission Venturi demeurent d'actualité.

Propos recueillis par Alex Kalinauckas