Les préparatifs pour la saison 2019-20 se poursuivent chez Porsche, non sans quelques problèmes à résoudre.

La saison 2019-20 sera la première de Porsche dans la discipline tout électrique, la marque allemande relevant ce nouveau défi après avoir couru en Championnat du monde d'Endurance (WEC) de 2014 à 2017 – avec un certain succès. D'un projet à l'autre, la composition de l'équipe technique et des mécaniciens semble être restée relativement similaire.

Pour se préparer, Porsche bénéficie des 15 journées d'essais privés réservées aux motoristes ainsi que des trois jours d'essais collectifs de pré-saison. Après de premiers tests à son siège de Weissach, le constructeur d'outre-Rhin mène un programme de trois jours sur la piste de Calafat, près de Barcelone, à voir en vidéo ici. Sont au volant le pilote titulaire Neel Jani ainsi que Brendon Hartley, qui courait pour Porsche en LMP1. Le Néo-Zélandais est d'ailleurs pressenti pour y remplacer Fernando Alonso chez Toyota.

"L'une des plus grandes difficultés, pour nous, est de faire un week-end de course avec 20 personnes", analyse Amiel Lindesay, team manager de Porsche en Formule E. En effet, seuls 20 techniciens sont autorisés à intervenir sur les monoplaces d'une même équipe lors d'un E-Prix, alors qu'en WEC, l'écurie Porsche LMP1 comptait 65 membres sur place.

"Nous avons l'habitude que tout le monde ait un travail spécifique, et maintenant, il faut qu'un gars fasse le job que faisaient trois personnes auparavant. C'est probablement un immense challenge pour nous."

"Pour l'instant, nous avons 30 personnes sur place [en essais privés]. Nous n'essayons pas de faire comme lors d'un week-end de course, il faut former toute l'équipe. Les essais étant très limités, nous faisons venir l'équipe de soutien pour qu'elle fasse le même travail."

L'approche de Porsche est bien différente de celle de Mercedes, qui fera également ses débuts en Formule E en 2019-20 : la marque à l'étoile a lancé sa filiale HWA dans le grand bain cette saison afin d'engranger des informations avant de prendre le relais.

À ce sujet, Lindesay ajoute : "Nous essayons d'être aussi bien préparés que possible avec le nombre de jours dont nous disposons avant la première course. Nous nous connaissons et nous avons déjà travaillé ensemble, ce qui nous confère – je pense – un grand avantage. En revanche, nous sommes aussi désavantagés par rapport aux constructeurs qui ont une écurie affiliée."

Avec Alex Kalinauckas