Beau respect entre les deux candidats à la victoire de l'E-Prix de Rome !

André Lotterer et Mitch Evans se sont livré un duel effréné pour la victoire à l'E-Prix de Rome, et si c'est le Néo-Zélandais qui a triomphé, son rival demeure beau joueur. Les deux hommes, à la recherche de leur premier succès en Formule E, ont dominé la journée sur le Circuito Cittadino dell'EUR : ils étaient les plus rapides lors de la phase de groupes des qualifications, puis en Super Pole.

En course, seul Stoffel Vandoorne tenait leur rythme, et Lotterer a mené les 17 premiers tours. C'est alors qu'Evans, bénéficiant du mode attaque, a contraint son adversaire à freiner à l'intérieur au virage 10 pour adopter une trajectoire plus favorable et réaccélérer très tôt. La moitié avant de la Jaguar était au niveau de la DS Techeetah, à l'intérieur pour le virage suivant ; Lotterer n'a pas eu d'autre option que de s'incliner.

"Je pense que c'était au moment où j'ai commencé à avoir des difficultés avec les pneus, je ne pouvais pas accélérer aussi tôt que je le souhaitais, et lui le faisait un peu mieux", analyse l'Allemand. "Il m'a mis dans une position difficile et a fait le job en décroisant. J'ai essayé de résister, mais son museau était là et j'ai ensuite essayé de ne pas percuter le mur. Il m'a laissé de la place, donc je pense que c'était du bon pilotage."

"Je ne suis pas sûr que j'étais sur les bons réglages au début, et je pense que c'est pour ça qu'il avait un peu plus d'énergie. En course, nous avons commencé à avoir des difficultés avec les pneus, il nous faut vérifier ce qui s'est passé. On aurait dit que les pressions étaient trop élevées, nous devons vérifier les données. C'est la seule chose qui m'a mis en difficulté, la voiture a été géniale toute la journée."

De son côté, Mitch Evans juge également sa manœuvre de dépassement fair-play : "Une fois les informations sur l'énergie devenues visibles, j'ai été surpris [d'avoir l'avantage] et il fallait que j'utilise cet avantage pour me rapprocher et attaquer. Il est clair que c'était à la limite, mais c'était faisable."

Evans et Lotterer sont en tout cas les grands gagnants au classement général, se propulsant des onzième et neuvième places aux quatrième et troisième rangs respectivement.

Propos recueillis par Tom Errington