Chez Nissan e.dams, on n'a pris aucun risque à l'E-Prix de Rome.

La déroute de Mexico a laissé des traces chez Nissan e.dams. Sur l'Autódromo Hermanos Rodríguez, un mauvais calcul réalisé par les ingénieurs de la structure sarthoise avait laissé les pilotes Oliver Rowland et Sébastien Buemi à court d'énergie dans le dernier tour de l'E-Prix, alors qu'ils occupaient les troisième et quatrième rangs. Vingt-sept points précieux avaient ainsi été perdus.

Comme l'a expliqué le vainqueur Mitch Evans, la question de l'énergie s'est plus que jamais posée à Rome avec le format de 45 minutes + 1 tour ; cependant, le Néo-Zélandais a ralenti le rythme en tête de l'épreuve afin de franchir la ligne d'arrivée au bon moment et ainsi éviter de devoir parcourir 2,84 km supplémentaires. Dommage pour les Nissan qui, aux cinquième et sixième rangs, avaient manifestement pris leurs dispositions pour parer à toute éventualité.

"Finalement, nous avons été très conservateurs et nous prévoyions de faire un tour de plus car apparemment, ça allait se jouer à pas grand-chose pour le leader", déclare Buemi, qui s'est donc classé cinquième, pour InsideEVs. "Nous allions faire ce tour supplémentaire, mais le leader s'efforçait d'y échapper. Par conséquent, à trois tours du but, nous nous sommes rendu compte que nous n'avions pas besoin de faire ce tour supplémentaire, et nous avions donc plein d'énergie pour les deux derniers tours."

Buemi a activé le mode attaque dans les ultimes boucles, ce qui lui a permis d'utiliser en partie son surplus d'énergie, mais Oliver Rowland avait encore 5 % de batterie à son actif lorsque les leaders ont entamé le dernier tour.

Lorsque nous lui demandons si cette stratégie conservative est une réaction à ce qui s'est passé au Mexique, le Suisse répond : "Oui, je pense. Le problème avec toute cette économie, c'est qu'un peu plus d'énergie donne beaucoup de temps au tour, donc il faut désormais savoir à quel point nous aurions été rapides avec cette énergie supplémentaire. Pas mal, je pense, et ça aurait suffi à nous battre pour la victoire. Même à fond, je n'ai pas pu utiliser tout ce qu'il nous restait dans les trois derniers tours. Bref, c'était un peu conservateur, mais pour notre écurie, vu d'où nous partions, 19 points, c'est bien."

Nissan e.dams a en effet engrangé 44 unités lors des deux dernières courses ; seul DS Techeetah fait mieux avec 59. Les hommes de Jean-Paul Driot et de François Sicard conservent la septième place du championnat.