C'est ce qui s'appelle avoir de la chance dans son malheur !

Si Stoffel Vandoorne est monté sur le podium pour la première fois de sa jeune carrière en Formule E, à l'E-Prix de Rome, la course de l'ancien pilote de Formule 1 a bien failli s'achever bien différemment. Et pour cause : Vandoorne est tombé en panne juste après avoir franchi le drapeau à damier au troisième rang.

Cette panne serait due à l'arbre de transmission, un élément qui a déjà posé problème à de multiples reprises sur les Venturi comme sur les HWA, qui utilisent des groupes propulseurs clients fournis par la structure monégasque. Une évolution apportée pour la course italienne était censée résoudre ces problèmes, mais cet effort n'est manifestement pas couronné de succès : Venturi a enregistré un double abandon sur problème de transmission, avec Felipe Massa et Edoardo Mortara.

Lorsque nous l'interrogeons sur la cause de sa panne, Vandoorne indique pour InsideEVs : "J'imagine que c'est l'arbre de transmission, mais je le sentais venir. Vous m'avez vu ralentir fort dans les derniers tours. Je ne manquais pas d'énergie, je protégeais la voiture, j'essayais de ne prendre aucun vibreur et je levais le pied sur les bosses qui nous compliquaient beaucoup la tâche. J'étais au courant des défaillances sur les Venturi. C'est dommage, mais nous avons eu énormément de chance d'atteindre le drapeau à damier."

Jusqu'à présent, Vandoorne a démontré un certain potentiel avec notamment quatre arrivées en Super Pole sur sept E-Prix, dont une pole position à Hong Kong. Or, ces performances n'avaient jusqu'à présent pas été concrétisées en raison de problèmes mécaniques et d'erreurs de pilotage. Le Belge va désormais tenter de capitaliser sur sa performance solide de Rome, où il n'a jamais été menacé pour la troisième place.

"J'espère vraiment que nous allons pouvoir tourner la page désormais", poursuit-il. "Le début de saison a été difficile, et c'est une belle réussite pour tout le monde d'enfin monter sur le podium ici. Je suis donc très satisfait de notre très bon travail ce week-end, nous avons encore montré un bon rythme en qualifications. Nous étions rapides quand ça comptait."

"Je suis davantage fier de notre performance en course car c'était notre faiblesse. J'essayais de m'accrocher à ces gars-là [les leaders Mitch Evans et André Lotterer, ndlr], je tenais assez confortablement leur rythme et j'économisais de l'énergie pour la fin de la course."

Propos recueillis par Tom Errington