Lotterer en pole lors d'une séance qualificative très animée !

En Formule E, les qualifications ont un format bien particulier : les 22 pilotes s'élancent successivement en quatre groupes, faisant un tour rapide chacun avec 250 kW, la puissance maximale autorisée. Les poules sont composées selon le classement du championnat, les leaders s'élançant en premier... ce qui est théoriquement un inconvénient, en raison d'une piste plus sale.

Or, sur la ligne d'arrivée, ces cinq pilotes se tenaient en moins de quatre dixièmes ; António Félix da Costa devançait Sam Bird (ce dernier malgré un tête-à-queue dans son tour de préparation), Lucas di Grassi, Jean-Éric Vergne et Jérôme d'Ambrosio. Mais avec des poids lourds dans les groupes suivants, notamment les deux Nissan e.dams, toujours très rapides, ainsi que les rookies Pascal Wehrlein et Stoffel Vandoorne, auteur d'une pole position chacun, conserver une place dans le top 6 pour atteindre la Super Pole s'annonçait difficile.

En effet, dès le second groupe, André Lotterer a écrasé la référence établie par Félix da Costa d'une seconde en 1'29"761, le Portugais se retrouvant d'emblée relégué au cinquième rang derrière Edoardo Mortara, Robin Frijns et Pascal Wehrlein également.

"La piste n'est pas délicate, ce système est complètement injuste", déclarait un di Grassi agacé, relégué au septième rang dès le passage en piste du Groupe 2. "Le top 5 du championnat est dans le premier groupe, et le premier groupe est une seconde plus lent. Personne de ce groupe ne sera en Super Pole, je vous le garantis."

"Je dois dire que je suis d'accord avec Lucas, c'est plus difficile pour le Groupe 1 que les autres", approuvait Sam Bird, alors sixième sur dix concurrents. "On voit un gain de performance plus grand entre le premier et le deuxième groupe qu'entre les autres. Pour les fans, c'est génial, il y a plus de pilotes qui se battent pour le titre. Mais pour les constructeurs, c'est frustrant. On ne peut rien faire de notre rapidité, car la piste n'y est pas."

Le Groupe 3 a été perturbé par la panne subie par la BMW d'Alexander Sims, qui ne parvient décidément pas à concrétiser son potentiel. Le drapeau rouge a été agité au dernier moment, et seul Mitch Evans a eu le temps de boucler son tour à 250 kW, se hissant au deuxième rang. Tous (sauf Sims) ont été autorisés à reprendre la piste pour une nouvelle tentative ; Sébastien Buemi est parvenu à prendre la troisième place, alors qu'Evans a confirmé son bon rythme en améliorant son second chrono, auteur d'un 1'29"942.

Quant aux pilotes du Groupe 4, ils ont véritablement créé la surprise ! Sur les terres de son sponsor titre Geox, l'écurie Dragon (dernière du championnat avec deux points en six courses) a placé ses deux pilotes en Super Pole, José María López se classant troisième et Maximilian Günther cinquième, prenant en sandwich la HWA de Stoffel Vandoorne. Ces trois hommes se qualifiaient donc, aux côtés de Lotterer, Evans et Buemi, pour la dernière phase de la séance : celle où se joue la pole position.

Pluie en Super Pole

C'est alors qu'une averse est venue perturber les festivités, juste à temps pour la Super Pole ! C'était la première fois que les pilotes évoluaient dans ces conditions ce week-end, ce qui leur compliquait la tâche. Auteur d'un tout-droit à l'épingle dans son tour de préparation, Sébastien Buemi n'a ensuite pu faire mieux que 1'36"331. "Il ne pleut plus, bordel !" s'est exclamé le pilote Nissan e.dams à la radio. Maximilian Günther a commis la même faute, mais a fait mieux en 1'35"640.

Stoffel Vandoorne a ensuite frappé un grand coup en 1'33"233, mais a été battu de quelques dixièmes par José María López avant que Mitch Evans ne prenne l'avantage en 1'32"483. André Lotterer n'a toutefois pas manqué de profiter à son tour des conditions de piste s'améliorant pour signer la toute première pole position de sa carrière en Formule E, auteur d'un 1'32"123 malgré un gros travers dans l'épingle !

E-Prix de Rome - Phase de groupes

  Pilote Équipe Temps Écart
1 Germany André Lotterer   DS Techeetah 1'29.761  
2 New Zealand Mitch Evans   Jaguar 1'29.942 0.181
3 Argentina José María López   Dragon 1'30.099 0.338
4 Belgium Stoffel Vandoorne   HWA 1'30.207 0.446
5 Germany Maximilian Günther   Dragon 1'30.277 0.516
6 Switzerland Sébastien Buemi   Nissan e.dams 1'30.341 0.580
7 Switzerland Edoardo Mortara   Venturi 1'30.397 0.636
8 Netherlands Robin Frijns   Envision Virgin 1'30.422 0.661
9 United Kingdom Alex Lynn   Jaguar 1'30.500 0.739
10 Germany Pascal Wehrlein   Mahindra 1'30.609 0.848
11 Brazil Felipe Massa   Venturi 1'30.623 0.862
12 United Kingdom Oliver Rowland   Nissan e.dams 1'30.723 0.962
13 Portugal António Félix da Costa   BMW i Andretti 1'30.804 1.043
14 United Kingdom Sam Bird   Envision Virgin 1'30.880 1.119
15 Brazil Lucas di Grassi   Audi Sport Abt 1'30.977 1.216
16 United Kingdom Gary Paffett   HWA 1'30.980 1.219
17 France Jean-Éric Vergne   DS Techeetah 1'31.016 1.255
18 Germany Daniel Abt   Audi Sport Abt 1'31.043 1.282
19 United Kingdom Oliver Turvey   NIO 1'31.043 1.282
20 Belgium Jérôme d'Ambrosio   Mahindra 1'31.192 1.431
21 France Tom Dillmann   NIO 1'31.220 1.459
22 United Kingdom Alexander Sims   BMW i Andretti 1'46.182 16.421

E-Prix de Rome - Super Pole

  Pilote Équipe Temps Écart
1 Germany André Lotterer   DS Techeetah 1'32.123  
2 New Zealand Mitch Evans   Jaguar 1'32.483 0.360
3 Argentina José María López   Dragon 1'32.906 0.783
4 Belgium Stoffel Vandoorne   HWA 1'33.233 1.110
5 Germany Maximilian Günther   Dragon 1'35.640 3.517
6 Switzerland Sébastien Buemi   Nissan e.dams 1'36.331 4.208