La FIA va agir de manière stricte sur les accrochages lors des courses de Formule E à venir, ce dès l'E-Prix de Rome. C'est ce qu'InsideEVs est en mesure de révéler.

Un nouveau système d'avertissement verbal pour les pilotes impliqués dans des incidents va également être mis en place, décrit comme un "carton jaune" par Frédéric Bertrand, directeur des championnats sur circuit de la FIA. Selon nos informations, si un contact est suffisamment conséquent pour engendrer une enquête immédiate des commissaires, cet avertissement n'aura pas lieu d'être, car il ne s'agit pas d'un "joker" pour les pilotes.

Les instances dirigeantes tentent de maîtriser la situation, dans un contexte où les accrochages ont fait les gros titres dans la majorité des courses de la saison 2018-19, la cohérence des sanctions ayant par la suite été critiquée.

Après les six premières courses de l'ère Gen2, la FIA en est venue à la conclusion que la nouvelle voiture est bien plus robuste que sa devancière et ne sanctionne ainsi pas naturellement les pilotes responsables d'incidents, car ils ne subissent pas beaucoup de dégâts. André Lotterer a récemment demandé que le train avant des FE soit plus fragile afin d'encourager des courses plus propres, suite à son accrochage pour la victoire avec Sam Bird à Hong Kong.

La nouvelle approche a été expliquée lors du briefing des pilotes à Rome, et les commissaires vont désormais infliger des pénalités plus strictes aux pilotes jugés responsables d'un incident.

Les explications de la FIA

"Ce sur quoi nous nous sommes mis d'accord avec les team managers et les directeurs d'équipe, ce que nous avons exposé aux pilotes, c'est qu'en raison de cette situation [une voiture trop robuste, ndlr], nous avons pris cette décision pour calmer un petit peu le mauvais sentiment que certains commencent à avoir sur ce qui serait un comportement trop proche de ce que l'on peut voir en voitures de tourisme, trop éloigné de la monoplace", explique Frédéric Bertrand pour InsideEVs. "Juste pour compenser le fait que la voiture ne se casse pas. C'est plus ou moins l'esprit."

"L'idée n'est pas de changer, il s'agit juste d'être plus strict, légèrement plus sévère sur quelques sanctions. Nous allons développer la communication entre notre directeur de course et les écuries, pour qu'il puisse vraiment les informer et avoir un système d'avertissement s'il voit des comportements qu'il n'aime pas."

"De plus, il pourra comme d'habitude informer les commissaires s'il voit quelque chose que nous n'apprécions pas, notamment si le contact est trop conséquent : une sanction peut être infligée d'emblée. Mais il reste un système potentiel de carton jaune, qui pourrait fonctionner."

"Les commissaires sont complètement indépendants dans leurs décisions, et nous ne voulons pas interférer dans le fait qu'ils doivent décider ceci ou cela. Nous leur demandons juste de prendre en compte le fait qu'ils doivent, toujours en accord avec la réglementation actuelle, être un peu plus sévères, pour légèrement compenser et calmer l'effet karting."