La victoire à l'E-Prix de Sanya en témoigne.

Avec 38 points engrangés à l'E-Prix de Sanya, DS Techeetah a égalé la meilleure moisson d'une équipe en 2018-19, faisant aussi bien qu'Envision Virgin Racing à Marrakech. En Chine, tandis qu'André Lotterer se classait quatrième, Jean-Éric Vergne a effectivement obtenu la première victoire de l'écurie depuis l'union entre DS et Techeetah, qui avait remporté le titre des pilotes avec Vergne et des moteurs clients Renault l'an passé. D'où un certain optimisme du directeur d'équipe Mark Preston.

"On peut dire que nous avons repris du poil de la bête", déclare Preston. "André et Jean-Éric sont à leur meilleur niveau avec un pilotage aiguisé au possible. Nous sommes impatients de voir ce qu'ils accompliront à Rome. Nous avons passé du temps dans nos quartiers généraux de Versailles pour nous préparer, et il y a une très bonne ambiance au sein de l'équipe ; c'est bien."

"Ce n'est jamais facile de faire fusionner deux équipes à succès comme nous l'avons fait cette année, mais nous sentons s'apaiser les difficultés auparavant grandissantes et nous sommes de plus en plus unis chaque semaine. Nous représentons une combinaison très solide, et l'alliance de la performance avec l'esprit d'avant-garde commence à transparaître."

Le classement général actuel est incroyablement serré. Jean-Éric Vergne occupe la troisième place chez les pilotes, mais le top 6 se tient en dix points seulement, et le top 11 est mathématiquement en mesure de prendre la première place lors de l'E-Prix de Rome. Du côté des équipes, DS Techeetah est quatrième... à deux points du leader.

Pour Xavier Mestelan Pinon, directeur de DS Performance, cela prouve "à quel niveau exceptionnellement élevé nous devons évoluer pour être compétitifs". Le Français s'était déjà félicité de la nouvelle collaboration avec Techeetah, jugeant qu'ils bâtissaient une "vraie équipe", notamment par rapport à DS Virgin lors des années précédentes.

Quant à Vergne, il ne cache pas que surmonter sa série de trois manches sans marquer le moindre point n'a pas été facile : "La course n'est pas seulement physique mais aussi mentale, et il faut vraiment travailler dur pour conserver la même mentalité quand on n'a pas les résultats espérés. J'ai de la chance d'avoir une équipe si solide autour de moi, car c'est quand on n'a pas les résultats qu'il est plus important que jamais d'être soudé et d'avancer en équipe. C'est ce que nous avons fait, donc vivement Rome !"

Propos recueillis par Alex Kalinauckas