Suite à l'incendie qui a ravagé le paddock...

Suite à l'incendie qui a ravagé l'intégralité du plateau du championnat du monde de motos électriques, sa discipline sœur s'est proposée pour aider à faire face à la situation.

Le président de la Formule E, Alejandro Agag, a déclaré avoir proposé son soutien aux organisateurs du championnat MotoE, après qu'un incendie ait détruit l'intégralité des machines du plateau dans le paddock de Jerez mi-mars, en marge d'essais de la nouvelle catégorie.

L'incident, déclenché par un court-circuit qui a enflammé une batterie de haute densité située à un point de chargement, a mené au report du début de la saison inaugurale du MotoE, qui s'est vue ainsi amputée de deux manches.

Lire aussi :

Agag a expliqué avoir tendu la main "simplement en signe de solidarité envers eux", les deux catégories partageant le point commun d'être de recourir à la technologique électrique. "J'ai envoyé un message aux gars de la Dorna le lendemain, leur expliquant que s'ils avaient besoin d'aide, nous étions là", a poursuivi l'Espagnol lors d'une interview accordée à Motorsport.com.

"Cela devrait faire comprendre aux gens qu'entreprendre ce genre de choses n'est pas facile. Nous avons fait 50 courses sans le moindre incident, pas le moindre court-circuit. Mais cela requiert beaucoup de travail, beaucoup d'expérience, beaucoup d'effort pour s'assurer que tout fonctionne. Donc cela ne fait que montrer à quel point la Formule E a bien fait les choses, et je dois remercier mon équipe, en particulier l'équipe des opérations d'infrastructure, l'équipe électrique en Formule E. Ils font un travail incroyable, car ce n'est pas facile", assure Agag.

Lire aussi :

Pas de MotoE en support des courses FE

Interrogé sur la possibilité de voir la MotoE rouler en tant que catégorie support sur les événements FE, Agag rétorque : "C'est difficile, en raison du profil des pistes. Le problème pour les motos, c'est qu'un circuit en ville est très dangereux, et nous voyons cela chaque année à Macao. Le niveau de risque pour des motos qui utiliseraient des circuits comme les nôtres – à Hong Kong, à Paris [les circuits FE les plus étriqués] – est trop élevé. Nous ne voulons pas voir de pilotes mourir lors d'un week-end de Formule E. Peut-être que quelques exceptions pourraient être faites à Mexico ou quelque chose comme cela, mais en général c'est quelque chose de difficile à concevoir."