Une mauvaise surprise pour les constructeurs.

Le Mondial de l'Automobile qui se tient à Paris actuellement n'est pas seulement l'occasion pour les constructeurs de présenter leurs nouveaux modèles, ni pour les passionnés de venir les découvrir. Il est aussi une possibilité pour le milieu de l'automobile de discuter de problématiques liées à celle-ci, notamment comme la pollution de l'air. Le Parlement européen a déclaré ce jour vouloir une réduction des émissions de CO2 de 40% d'ici 2030.

Cette volonté concerne les véhicules légers neufs, et se basera sur les émissions calculées en 2021, soit lorsqu'elles auront déjà nettement diminué. En effet, le législateur de l'Union Européenne avait fixé une réduction à 20% en 2025, en prenant 2017 comme base. Dès lors, on ne voit pas comment ce texte ne pénaliserait pas, une nouvelle fois, les automobilistes, d'autant que les émissions peinent déjà à rester stables avec le marché actuel.

Le Parlement européen a validé ce texte et va désormais le défendre face aux états-membres de l'Union, qui auront le droit de s'y opposer, sans pour autant n'avoir aucune garantie de succès. Ainsi, Emmanuel Macron aurait proposé aux patrons des grands constructeurs, avec qui il a dîné avant le Mondial, de négocier avec le Parlement une réduction de cet objectif dans deux ans, s'il peut d'ici là présenter de vrais progrès chiffrés sur ce plan.

Le plan initial, déjà ambitieux, était de réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre entre 2017 et 2030, avec un palier à 20% en 2025. Si les constructeurs se sont prêtés au jeu et continuent à travailler sur le domaine, l'augmentation de 40% entre 2021 et 2030 est malheureusement bien plus optimiste, et les constructeurs qui ne s'y plieraient pas, si le texte est adopté, s'exposeraient alors à de grosses amendes. De plus, si l'on venait à commercialiser davantage de voitures électriques, le premier effet serait certainement une chute du marché, la majorité des clients ne pouvant pas se permettre un passage à l'électrique, avec l'augmentation tarifaire qui l'accompagne.

 

Audi e-tron : Le SUV électrique aux anneaux