Et si le moteur d'une voiture était directement intégré à la roue ?

Avez-vous déjà entendu parler de "moteur-roue". Vous avez peut-être répondu par la négative, pourtant, cette technologie existe depuis plus d'un siècle. Pour preuve, Ferdinand Porsche s'était déjà essayé au moteur-roue avec la Lohner Porsche au début du 20ème siècle. Cette voiture avait la particularité d'avoir un moteur électrique intégré au moyeu de la roue.

external_image

Lohner Porsche

Qu'est-ce que c'est ?

Le moteur-roue n'a jamais vraiment percé, mais dans quelques régions du monde, il est utilisé dans des autobus ou des camions électriques. Des sociétés sont même spécialisées dans le moteur-roue, c'est le cas d'Hydro-Québec, ou plus récemment, de Protean.  

Comme vous le savez, le principe de fonctionnement du moteur électrique est simple. De plus, il est plus compact et donc moins encombrant qu'un moteur à combustion interne. Généralement, une voiture compte un seul moteur thermique, mais dans le cas des électriques, cela est faux car elles peuvent compter deux, trois, ou même quatre moteurs électriques. Ces moteurs sont placés au niveau des essieux, ou près des roues dans le cas des véhicules hybrides.

Pour le moteur-roue, celui-ci est placé directement dans la roue ! Cependant, pour que ce moteur puisse y être intégré, le pneu et la jante doivent être d'une certaine dimension. Aujourd'hui, on estime qu'un moteur-roue peut être incorporé dans une jante de 18 pouces ou plus. 

Les avantages et les inconvénients

Pour l'heure, aucune voiture de série n'est propulsée par un ou plusieurs moteurs-roues. Pourtant, les avantages sont nombreux. En plaçant le moteur dans la roue, cela réduit encore plus le nombre de pièces mécaniques et libère de l'espace dans l'habitacle. De plus, cela permet d’accroître l'angle de braquage de manière considérable et de réduire encore plus le centre de gravité dudit véhicule.

Toutefois, le moteur-roue n'est pas une invention miraculeuse car elle présente aussi son lot d'inconvénients. En effet, en s’immisçant dans les roues, le moteur électrique augmente les masses non suspendues. Cela à tendance à déséquilibrer le véhicule, c'est pourquoi, les constructeurs font tout pour réduire les masses non-suspendues d'un véhicule conventionnel. Le moteur-roue va à l'encontre de ce principe de base. 

Un beau jour, en 2008, Michelin a tenté de corriger les problèmes inhérents au moteur-roue en incorporant, le moteur, le système de freinage et la suspension électrique dans la roue. Son projet dénommé Active Wheel n'a à ce jour pas vu la lumière du jour. Nous sommes plus de 10 ans plus tard, et aucun véhicule de série ne dispose de cette technologie pourtant assez intéressante. Officiellement, ce projet est tombé à l'eau en raison des coûts.

Un concept a même été créé, il s'agit de la Venturi Volage qui disposait de 4 moteurs-roues signés Michelin.

Galerie: Venturi Volage Concept